Que deviennent les Miss élues ? » Marie Serba

Après avoir suivi une classe préparatoire d’un an l’année de mon élection, je suis maintenant en deuxième année d’HEC à Montréal, ville où je vis.

marie

Pour la passionnée de voyages que je suis, c’est une véritable chance de vivre en Amérique du Nord et plus particulièrement au Canada. J’ai déjà visité plusieurs régions de ce vaste territoire (St Michel des Saints, Tadoussac, Saguenay, Toronto, Niagara etc…). J’ai également profité de la proximité des Etats-Unis (Californie, New York) et du Mexique (Acapulco).

J’envisage d’aller à Taiwan cet été et en échange international cet automne dans un pays hispanophone.

Qu'avez-vous tiré de votre expérience « Election régionale » ?

Je me suis sentie « ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre » et ce fut comme une apothéose pour la fin de mon séjour à St Pierre et Miquelon.

Pensez-vous que ce soit une expérience à renouveler ? à recommander ?

Oui, cette expérience est avant tout un travail sur soi qui ne peut qu’être bénéfique. C’est à chacune de trouver la volonté de « franchir le pas », mais il faut savoir que les ressentis ne seront jamais les mêmes d’une jeune fille à l’autre. J’ai par ailleurs gardé le contact avec certaines jeunes femmes, notamment Miss Saint Pierre et Miquelon 2008 et la 1ère dauphine de Miss Saint Pierre et Miquelon 2010.

Votre meilleur souvenir de l’élection régionale ?

Lorsque j’ai entendu mon nom sur la scène à Saint Pierre et Miquelon et lorsque j’ai vu mon beau-père et tous mes proches très émus.

Qu'avez-vous tiré de l’expérience « Election Miss France » ?

Tout d’abord, je dois dire que c’est une étape déterminante dans la vie d’une jeune femme car l’on apprend à se mettre en valeur seule (coiffure, maquillage), à s’exprimer devant les journalistes, à toujours montrer sa « bonne facette », à développer sa sociabilité en participant à des galas et enfin à garder son sang-froid en toutes circonstances. C’est un peu comme avoir eu un coach personnel pendant un mois qui nous pousse à donner le meilleur de nous-mêmes et à garder un rythme de vie assez dynamique.

Ensuite, cette expérience a quelque peu modifié la perception que j’avais de ce milieu et du concours. En effet, je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de travail à effectuer pour l’élection et à ce que l’on soit si encadrées. Cependant, avec le recul, on se dit qu’il est normal que la chorégraphe, les chaperons, les maquilleurs, les stylistes, le jury soient si exigeants et si perfectionnistes car il n’est pas évident de réussir à gérer 37 candidates aux caractères et aux styles de vie si différents.

Avez-vous suffisamment été préparée pour faire face à l’élection nationale ?

Je pense ne pas avoir suffisamment appris à me mettre en valeur avant de me rendre à l’élection nationale. Je n’avais pris qu’une heure de cours de maquillage et je n’étais pas du tout à l’aise pour coiffer mes cheveux de façon originale, contrairement à la plupart des candidates qui avaient reçu de nombreux cours de maquillage, de coiffure et avaient parfois eu recours à un coach pour l’apprentissage du défilé.

De même que pour l’élection régionale, quel est votre meilleur souvenir de la soirée Miss France ?

Mon meilleur souvenir a été, assurément, le show de la soirée Miss France. Il y avait 7000 personnes dans la salle qui criaient pour nous soutenir. J’avais immédiatement repéré les membres de ma famille et du comité et j’ai été très heureuse et émue de leur offrir ce spectacle. La mise en scène aussi était superbe. On avait vraiment l’impression de se sentir unique.

Avez-vous noué et/ou conservé des contacts avec : - d’autres candidates ?

Oui, je suis toujours en contact avec la plupart des miss par le biais de Facebook. Je n’ai pas encore eu l’occasion de les revoir malheureusement, mais je sais que je suis invitée notamment à Tahiti et en Corse. J’ai aussi beaucoup soutenu la première dauphine de France, qui était une amie proche, lorsqu’elle a participé à Miss monde.

- avec le milieu ?

Je dirais oui, car nous sommes « Miss pour la vie » et je suis revenue à Saint Pierre l’an dernier pour remettre mon titre et participer au « show des miss ».

marie

J’aime aussi suivre les autres élections et partager mon expérience avec les nouvelles miss car nous n’avons jamais vécu cette aventure de la même façon.

De plus, j’ai également eu l’occasion d’entrer dans une agence de mannequinat à Montréal, ce que je n’aurais sans doute pas pu faire si je n’avais pas été remarquée et élue.

Encore merci au comité de St Pierre et Miquelon !

marie

Marie Serba

Miss Saint Pierre et Miquelon 2009